LIVRE 2 : « Germaine Tillion »

d’ARIANE LAROUX
couverture du livre Déjeuners chez Germaine Tillion

Di
alogues et peintures
Préfaces de Jean LACOUTURE et de Michel THEVOZ
Editions de l’Age d’Homme.

Cela fait vingt ans qu’Ariane LAROUX rencontre l’ethnologue et la résistante Germaine Tillion, qu’elle a portraituré lors de 30 rencontres à déjeuner, à la suite desquels elle l’a dessinée et interviewée à de nombreuses reprises.

De Faisan en Canard fourré aux figues, au moment du café, l’ethnographe des Aurès et la résistante Germaine TILLION évoquait sa vie, elle dirige le réseau de résistance du Musée de l’Homme dès 1940, arrêtée et déportée à Ravensbrück, elle effectue dans le camp une enquête pour en comprendre le fonctionnement, elle y écrit, cachée dans une caisse, une opérette que les résistantes ont chanté là-bas et qui racontait ce qui s’y passait. Elle est délivrée par la Croix-Rouge suédoise et le Comte Bernadotte. Par la suite, elle participe dès 1954 à l’enquête internationale de David Rousset contre les goulags, lutte en Algérie contre la torture, crée l’instruction dans les prisons et sera l’avocate de l’émancipation de la femme méditerranéenne. Auteur des ouvrages: Il était une fois l’Ethnographie, Ravensbrück, Le Harem et les Cousins.

Ariane Laroux chez Germaine Tillion-dejeunerExtrait de la préface
de Jean Lacouture :

«Chacun de ces déjeuners chez Germaine Tillion est l’occasion d’un de ces développements socratiques qui font de ses hôtes, depuis des décennies, de tous petits Platon. Ici s’exprime, non sans hardiesse ni cocasserie parfois, la sagesse sous sa forme la plus libre. Trente rencontres avec Germaine Tillion… La visiteuse ne dissimule pas qu’elle tient ce privilège pour un trésor. Il se trouve qu’elle a trouvé bon de nous le faire partager. Merci Ariane au fil d’or…»

Jean LACOUTURE

Extrait de la préface de Michel Thévoz

… On s’avise en tout cas, à étudier le processus de l’invention, que chaque artiste, si ce n’est chaque inventeur, dans quelque domaine que ce soit, applique sa méthode personnelle pour échapper, dans une certaine marge, ou dans une certaine périodicité, à la conscience, pour congédier le savoir mis en mémoire, pour se déprogrammer, pour se mettre – j’allais dire dans un état second, mais il ne faudrait justement pas assimiler cette suspension à une déconnexion irréversible et pathologique, de type autistique, ou toxique, induite par un stupéfiant : il s’agit d’un état paradoxal, dans ce sens du sommeil ainsi qualifié, d’une oscillation,
d’un clignotement, ou d’un courant alternatif entre les deux états, conscient et inconscient. Jean Dubuffet, par exemple, qu’on a pu considérer comme un « peintre-philosophe », alternait ce qu’il appelait des « cures de folie » avec des périodes de réflexion aiguë sur ce butin d’irrationalité. L’alternative ne se joue pas nécessairement dans la successivité, elle peut être simultanée, comme chez Ariane Laroux. …

Michel THEVOZ


Emission « A première vue » de Pierre Philippe Cadert par Lucas Thorens

Radio Cité   vendredi 5 février 2010 à 13h.
Emission de Viviane Jutheau : « L’oeil du commissaire priseur »

RSR samedi  24 juin 2009 Emission de Roseline Fayard :
« Les Hommes et les Femmes »

Vers la Galerie de photos et tableaux du livre « Déjeuners chez Germaine Tillion »

RSR La Première : Emission « Rien n’est joué ».  Lydia Gabor.
Interview d’Ariane Laroux à propos de la sortie de son livre « Déjeuners chez Germaine Tillion ».
Diffusion 10 avril 2009

Les commentaires sont fermés.